L’invraisemblable nombre de bonus Affelnet en France, tellement inégalitaire

Une trentaine de bonus que nous avons classés selon 7 catégories :

  • Bonus sur critères sociaux
  • Bonus sur critères géographiques
  • Bonus spécifiques aux élèves en voie Pro ou fragiles scolairement
  • Bonus bien aimés des familles
  • Bonus pour raisons médicales, bien trop rares
  • Bonus divers
  • Bonus qui ont probablement du sens mais qui manquent de transparence et qu’il faudrait exercer autrement.

Il y a des bonus, il y a aussi des coefficients de pondération minorants ou majorants appliqués sur le barème.

Il apparait aisément qu’une grande part de ces bonus a une justification « a priori ». Toutefois, l’examen de la liste montre qu’il y en a de trop nombreux et qu’aucune lisibilité nationale n’est possible. Une réflexion et une homogénéisation sont nécessaires.

Les Bonus :

Lire la suite

Le bonus boursier dans sa forme actuelle est injuste (basculant à un euro près).

Le bonus bousier, parfois nommé « bonus mixité » est présent dans toutes les académies. Son application est bien souvent binaire : il est attribué ou non. Un bonus ne doit pas dépendre d’un euro de plus ou de moins de revenu. Un bonus (« social », « boursier », « mixité ») ne doit pas être affecté par les conditions sociales de son voisin (comme c’est le cas du bonus IPS parisien introduit en 2020-2021). Un bonus social doit être progressif, et individuel.

Nous démontrons l’injustice du plafonnement dans notre article Sur l’injustice du plafonnement des bonus (et pas que boursier). Nous proposons dans notre article Remplacer le bonus boursier par un bonus social progressif et non plafonné une solution efficace et simple à mettre en place.

Lire la suite

Sur l’injustice du plafonnement des bonus (et pas que boursier)

Quel que soit le bonus, le fait de plafonner son application à un nombre de places (ou à un taux, dans les faits c’est la même chose) (ou à un taux-cible, terme effrayant) en déterminant qui peut y avoir droit sur la base du nombre de points est injuste. Cela revient à dire que seuls les élèves ayant le plus de points pourront en profiter. Donc que ceux qui en ont le plus besoin ne sont pas sûrs de l’avoir. Et que ceux qui vont en profiter n’en ont peut être pas besoin.

Quel que soit le bonus, le plafonnement des bonus est inégalitaire et a pour effet de désavantager ceux qui en ont besoin : son application devient aléatoire.

Nous allons montrer que selon les notes de l’élève le bonus plafonné s’enclenchera ou non, du fait des taux plafond (et pas de la valeur du bonus).

Lire la suite

Debunkage rapide de la réforme Affelnet Paris 2020-2021

Dans cet article nous démontons les mécanismes de la réforme Affelnet Paris 2020-2021 qui, selon ce que nous avons pu savoir, a été un terrain d’expérimentation de portée nationale.

Nous démontrons comment cette réforme, présentée comme sociale, est en fait une réforme purement économique, ayant pour but de regrouper les élèves par pôles de lycées visant à terme la normalisation des parcours, la diminution des groupes de spécialités, et ainsi la réduction du nombre d’enseignants.

Nous démontrons la construction stratégique qui a consisté à disséminer les meilleurs élèves de Paris Centre , du 5ème et du 6ème, en leur bloquant l’accès à leurs lycées traditionnels (ce fait a d’ailleurs été indiqué par la DASEN Madame Claire Mazeron dans l’article 2021/02/24 – France3 Paris – Affelnet : l’inquiétude des parents des futurs lycéens face à un projet de nouvelle carte scolaire).
Cela a été fait en mettant en place deux stratégies :

  • Le bonus IPS dont la carte recouvre quasi exactement la carte des mentions Très Bien au DNB des collèges, permettant donc de distinguer les collèges ayant beaucoup de « futures têtes de classe » tout en se cachant derrière un argument social ;
  • Une carte de choix de 5 lycées de secteur 1 basée sur le nombre de collèges ayant tel ou tel lycée : plus de collèges à bonus IPS 600 ou 1200 ont ce lycée, moins il est accessible aux collèges à IPS 0, alors qu’ils figurent dans la liste des 5. Ainsi, Charlemagne (proposé 21fois), Sophie Germain et Turgot (proposés 19 fois) Hélène Boucher (proposé 18 fois) deviennent ainsi quasiment inaccessibles sans bonus IPS. D’où l’hécatombe pour ces élèves.

Le principal versant économique réside dans la dispersion des élèves des meilleurs collèges dans les lycées peu attractifs. Ce qui a été présenté comme la conséquence inattendue d’une réforme basée sur un facteur social – l’introduction du bonus IPS – est selon nous un plan déterminé. Il suffisait de constater – au moins à Paris – la concordance de la carte des mentions TB au DNB avec celle baptisée « carte des IPS ». Cette dispersion, en créant des « têtes de classe » censées tirer les classes vers le haut, permettra de réduire une fois de plus les parts des dotations affectées aux dédoublements de classes, au heures complémentaires, etc.

Lire la suite

Cet indice IPS (qui est à la base des injustices de cette réforme), c’est légal ?

Alors que l’IPS est LA nouveauté de cette réforme d’#Affelnet Paris 2021, il apparait que cet indice pose de nombreux problèmes juridiques : sexiste, collecte non RGPD, etc… Or . De notre point de vue on peut en effet s’interroger :

  • sur la complétude et la sincérité de son établissement ;
  • sur l’assise juridique de la collecte et du traitement des IPS individuels

Plusieurs conseils de Parents d’Elèves parisiens ont écrit un courrier envoyé par mail et en recommandé AR à la DASEN. De nos informations, à cette date (13/03) ils n’ont toujours pas reçu de réponse.

Vous trouverez ce courrier ici : De nombreuses associations ont interrogé la DASEN en reco AR sur l’#IPS dans le nouvel #AFFELNET. Elle n’a jamais répondu.

Nous avons repris les questions de ces parents d’élèves, et les avons complétées avec nos réponses.

Lire la suite

Affelnet Paris 2020-2021: taux cible de boursiers par lycée.

Le taux cible différentié par établissement est une nouveauté. Les années précédentes, le taux était soit académique soit différent selon le district.

Ce tableau a été obtenu à partir de la circulaire académique (voir Les circulaires Affelnet). Certains taux cibles ont pu être réajustés entre la publication de la circulaire et l’Affelnet réel, ce qui montre bien le mépris du rectorat pour les parents. Il est à noter que les années précédentes les « taux cibles » s’appelaient « plafonds ». On notera que les établissements ayant le taux cible maximal (28%) sont les lycées les plus « challengés » ces dernières années.

Ils ont été fixés initialement par le 1er comité de suivi de la réforme AFFELNET Seconde GT [voir Note 1] présidé par Julien Grenet le 12 avril 2021, soit 15 jours avant le début de la saisie des vœux [voir Note 2].

Vous pourrez trouver le tableau des taux cibles dans notre page Nos tableaux de données et feuilles de calculs ou ici :

Lire la suite

Un site web national : pour informer avant le choix

Informer, c’est avant tout donner des éléments de base !

Dans sa partie à destination des parents et des élèves, ce site doit comporter :

Des éléments sur les principes généraux d’Affelnet :

  • Les différents documents de vulgarisation ;
  • Une explication claire sur le socle de compétences à destination des parents et des élèves ;
  • Une présentation claire des voies de recours et de contestation de la décision d’affectation.

Pour bien expliquer aux parents comment fonctionne l’affectation :

  • Expliquer les recrutements particuliers et leur particularismes (à Paris par exemple il n’y a pas de District pour les recrutements particuliers) ;
  • Expliquer les autres formations à recrutement particulier : sections internationales, section langue orientale, ESABAC – ABIBAC- BACHIBAC, métiers d’art, etc.
  • Expliquer les classes à double cursus ou à horaires aménagés (comme Musique et Danse).

Pour être bien informé, indiquer pour chaque lycée :

  • Des statistiques détaillées des demandes et affectations de l’année précédente (tableau académique par exemple) ;
  • Un tableau des seuils des lycées de l’année précédente : cela peut renforcer l’idée d’une prédominance des lycées de niveau, mais en fait il existe déjà des tonnes de sites qui donnent des listes classées par niveau.
  • Y faire aussi figurer les IVAL est une bonne idée ;
  • Une information claire sur les langues enseignées (c’est-à-dire un tableau donnant lycée par lycée classé par ordre alphabétique, la liste de toutes les LVA et LVB enseignées), plutôt que d’avoir à aller éplucher des brochures ONISEP écrites en corps 5 et classées langue par langue…) ;
  • Une information claire sur les spécialités enseignées (c’est-à-dire un tableau donnant lycée par lycée, classé par ordre alphabétique, la liste de toutes les spécialités enseignées en direct et en mutualisation), plutôt que d’avoir à aller éplucher une carte cliquable illisible sur smartphone.

Enfin, pour préparer le choix, le site doit comporter :

  • Une branche PRO et une branche GT ;
  • Une explication claire du barème académique :
    • Indication des points qui peuvent être attribués et des conditions d’attribution (points champs, points socle, bonus secteur, bonus social (boursier), autres bonus (REP, fratrie, premier vœu, maladie, handicap, etc.) ;
    • Les informer sur les vrais coefficients des différentes matières.
  • Une explication claire sur les points cruciaux :
    • L’impossibilité de choisir un lycée hors de la liste
    • Expliquer l’importance de l’adresse pour l’affectation et de l’impact pour les élèves désectorisés ;
  • Expliquer les saisies qui peuvent être incohérentes et donc nuire à l’élève (voir l’article Un site web national : pour prévenir les incohérences dans les fiches de vœux).

Ce site doit impérativement permettre aux parents et aux élèves d’avoir accès à tous les éléments d’Affelnet, à tous les éléments de leur académie.

Il faut fixer une règle nationale pour limiter nombre et valeur des bonus par rapport aux notes

Selon les académies, les bonus géographiques vont de 9000 à 32640 points. Cela relègue l’importance des notes à quelques pourcents, et introduit une fois de plus une rupture d’égalité majeure entre les élèves : pour certains l’affectation se fera au mérite, pour d’autres simplement en fonction de leur lieu d’habitation, ou pire de l’aisance sociale supposée des parents des autres élèves du collège.

Si le barème national pour les notes et le socle réunis est homogène, aucune règle ne semble limiter les bonus; que ce soit leur nombre ou leur valeur (lire L’invraisemblable nombre de bonus Affelnet en France, tellement inégalitaire). Il est absolument nécessaire de s’interroger sur ce fait et de le solutionner : les DASEN doivent être tenus de respecter un schéma commun sur les bonus.

Dans certaines académies comme Paris, pour entrer dans certains lycées, les notes ne servent plus à rien : elles sont noyées par les bonus.

Les chiffres ci-dessous sont extraits des différentes circulaires (vous les retrouverez sur la page Les circulaires Affelnet) :

Lire la suite

Remplacer le bonus boursier par un bonus social progressif et non plafonné

Nous avons démontré combien est inepte le taux de plafonnement des bonus (et pas que boursier), et montré que le bonus boursier dans sa forme actuelle est fort injuste, basculant à un euro près !

Il faut le remplacer par une fonction qui favorise les bas niveaux, sur le principe des tarifs cantine. Il est nécessaire aussi que ce bonus social soit certain, c’est-à-dire que l’on soit certain de l’avoir si l’on est boursier, c’est à dire qu’il soit non plafonné ! Cela fera disparaitre le besoin de taux-cibles, de plafonds, et de tours différentiés boursiers et non boursiers !

On se remémorera que l’ancien bonus REP qui existait à Paris de 2017 à 2020, avait toutes ces caractéristiques. Il faut donc que le bonus social progressif soit d’une valeur raisonnable pour aider sans rendre absolument prioritaires tous les élèves qui en bénéficient.

Lire la suite

Mettre en place une stratégie pour les enfants TDA (ou autres handicaps) n’ouvrant pas voie à une affectation prioritaire

Pour les élèves porteurs d’un PAP il n’y a pas d’affectation prioritaire c’est la procédure Affelnet qui s’applique en prenant en compte les résultats scolaires et les élèves boursiers. Pourtant, le PAP (plan d’accompagnement personnalisé) est souvent mis en place pour ces profils d’enfants. Il y a donc déjà une partie reconnue du trouble.

Au sein de l’administration, on reconnaît donc des troubles chez certains enfants, mais finalement pas jusqu’au bout (pas de compensation de l’algorithme). Schizophrène, non ?

Or s’il y a une reconnaissance et une compensation pour les élèves boursiers qui n’ont pas la chance de mener des études sereinement, alors les enfants diagnostiqués avérés TDA et TDAH (ou autres handicaps) doivent bénéficier du même régime de protection (pour mémoire, on ne donne pas facilement, simplement, ni par plaisir des amphétamines à un enfant…).

Lire la suite