Mettre en place un simulateur d’affectation pour les parents

Un simulateur d’Affelnet ne sert pas à dire au parents que tel lycée est mieux que tel autre. Au contraire, il est là pour indiquer aux parents que si de toutes façons le simulateur indique clairement que leur enfant n’ira pas dans tel ou tel lycée [voir Note 1], alors qu’ils ne le demandent pas. Parce que s’ils s’obstinent à le demander :

  • Alors ils perdront des vœux ;
  • Surtout ils décevront leur enfant, qui aura bâti un projet sur un établissement qu’il n’aura pas ;
  • Enfin leur enfant passera probablement à côté d’autres établissements bien pour lui.
Lire la suite

Il faut anticiper et réduire les non-affectés algorithmiques en améliorant la qualité des vœux soumis

Un des résultats les plus bouleversants d’Affelnet est le nombre de non-affectés. Pour mémoire, à Paris on est passé de 200 en 2018, 370 en 2019, 668 en 2020, et plus de 400 en 2021.

Une part de ces non-affectés, les non -affectés algorithmiques (voir Les non-affectés algorithmiques : une multitude de cas), peuvent être évités.

Il existe de nombreux cas de non-affectation qui pourraient être évités, en prenant les devants et en évitant de laisser arriver des fiches de vœux ayant des erreurs qui peuvent être détectées. Avec ou sans crise sanitaire, il y en a chaque année des dizaines (cette année des centaines).

Lire la suite