Modifier le système, pour redonner sa place à l’humain

C’est certainement un truisme, mais il ne semble pas évident pour tous… C’est pourtant fondamental : on n’affecte pas des colis, mais des élèves, des humains, qui vont souffrir d’une mauvaise affectation ou d’une non affectation pour de nombreuses raisons simples à imaginer.

Nous avons dans quelques pages précédentes montré que l’affectation se construit dans un cadre, qu’il est nécessaire de définir (voir Dis maman, c’est quoi une « bonne affectation » ? et Qu’est-ce qui rend un lycée attractif ?), par ce que les parents ont le besoin de participer à l’affectation de leur enfant, de déterminer avec eux une stratégie (voir Les bonnes stratégies Affelnet).

Il est crucial de tenir compte des désirs et des capacités de l’enfant, plus que de l’attractivité supposée de tel ou tel établissement.

Pour restaurer un peu de justice, un bon système d’affectation devrait tenir compte :

Lire la suite

Revoir la communication avec les non-affectés

Il faut respecter les humains. Il faut respecter les élèves malchanceux. Car être non affecté, cela ne veut pas dire que l’on était un très mauvais élève (et même dans ce cas une telle brimade serait inacceptable). Etre non affecté, ce n’est pas non plus avoir le malheur de parents incapables de remplir une fiche de « vœux » incohérente.

Etre non affecté, c’est avant tout une question de malchance, car c’est lié avant tout à un problème d’offre et de demande, principalement lié à une offre beaucoup trop juste.

Il y a un énorme effort de communication à faire dans le document Résultat de l’affectation (et ceux similaires des tours suivants) :

  • Pour tous, il devrait intégrer la fiche barème Affelnet avec tous les détails de points ;
  • Pour les non-affectés, Affelnet ayant déjà fonctionné, il devrait contenir directement la liste des établissements du 2nd tour.

Argumentation :

Lire la suite