Arrêter de considérer les parents comme négligeables et leur communiquer les informations à temps.

L’établissement des cartes de 5 lycées de Secteur 1 est un bon résumé de la piètre communication avec les Parents.

L’établissement de ces cartes a été désastreux, amenant à des marchandages entre le rectorat et des proviseurs [voir Note 1], et de tractations avec les organisations de parents d’élèves parisiennes [voir Note 2]. Surtout, toutes ces évolutions ont eu lieu en mars-avril, donnant lieu à un délai d’ information bien trop bref des parents. Il en est de même pour les taux-cibles pour les boursiers, émis le 12 avril 2021 [voir Note 3], dont la connaissance est une nécessité absolue pour les 20% d’élèves boursiers. Il en est de même encore pour les bonus IPS des collèges dont on a commencé à parler vers mi février.

Enfin, les simulations, censées rassurer les parents, ont été fait dans un contexte trompeur [voir Note 4] , bien trop tard, et diffusées auprès d’une partie seulement des parents, alors que la cible de communication aurait du être de 100%.

Il en va de même des autres éléments forts d’Affelnet. Tous les ans nous constatons que les « règles du jeu » sont publiées fort tard, début avril. Cette année la circulaire a été émise le 19 avril.

Lire la suite

Le 25/02/2021, le rectorat diffusait des résultats sur les simulations d’Affelnet 2021 mais pas les hypothèses de départ.

Quelques jours avant le 25/02/2021, le Rectorat a organisé conjointement avec la FCPE75 la présentation de la nouvelle réforme Affelnet à quelques Conseils Locaux (CL) de collèges FCPE parisiens, groupes d’arrondissements par groupes d’arrondissements. Les représentants des Unions Locales n’étaient pas conviés, mais le seront ultérieurement.

Qu’avons-nous pu apprendre de cette réunion ?

  • En première instance, pas grand chose, sinon de voir rapidement le résultat de la simulation n°15 du Rectorat (voir les images d’écran ci-dessous).
  • Nous nous étonnons énormément que le Rectorat présente des résultats de simulations sans présenter simultanément les hypothèses qui lui ont permis d’arriver à ce résultat. Nous avons demandé au Rectorat de bien vouloir diffuser la liste des 5 lycées dits « de secteur 1 » par collège qui a servi d’hypothèse de départ, mais sans réponse (courrier du 24/02/2021, question n°15, voir 2021/02/24 – Plusieurs Unions d’Associations de Parents d’Elèves de Paris écrivent à la DASEN de Paris Claire Mazeron, sur l’IPS).
  • Nous nous étonnons aussi de ce que le rectorat n’a pas jugé bon de présenter les 14 simulations précédentes.
  • Par ailleurs nous nous étonnons que le Rectorat n’ait pas fait figurer dans sa simulation les lycées à recrutement particulier.

Note juillet 2021 : si vous souhaitez accéder au détail des éléments de cette simulation, c’est à dire en pratique la fameuse liste des lycées de Secteurs 1,2 et 3, nous ne l’avons obtenue officiellement qu’avec l’arrêté du 24/06/2021 (voir dans notre documentation Les Arrêtés fixant les conditions d’affectation en lycée public dans la voie générale et technologique).
Avant, elle était disponible sur le site web du rectorat dans un format ne permettant absolument pas de le récupérer dans son intégralité : le seul moyen d’y accéder était une carte interactive n’affichant pas les noms des lycées dans un format copiable. Il fallait donc procéder à une recopie manuelle, ce qui a été fait par quelques groupes de parents.
Vous trouverez cette carte ici : Affelnet Paris 2020-2021 – Carte 3 Secteurs (voir dans cette feuille l’onglet « Tableau Lycées par collège » ou son symétrique « Tableau Collèges par lycée »), elle figure dans notre page Nos tableaux de données et feuilles de calculs spécifiques Affelnet Paris 2020-2021.
Cette carte des 3 secteurs nous permettra de démontrer que les dés étaient pipés, c’est à dire que 14 collèges n’avaient que 3 ou 4 lycées réellement atteignables en Secteur 1 (voir La carte des Secteurs 1 Affelnet Paris 2020-2021 était un leurre).

Nous avons ressaisi ces données dans un tableau Excel. Nous vous le proposons ci-dessous :

Lire la suite

Analyse sur une des simulations AFFELNET du Rectorat (la n° 15).

Nous démontrons par cette analyse que le dispositif proposé par le rectorat ne renforcera aucune mixité sociale mais imposera un déterminisme fort pour l’affectation. Edit : les résultats d’Affelnet Paris 2020-2021 nous ont donné raison.

En proposant des choix « à sa main », ne comportant qu’un seul ou deux lycées correspondant à ceux qu’aurait pu demander un élève, et en forçant les parents à demander quasi obligatoirement les 5 lycées de secteur 1, le Rectorat annihile toute possibilité de choix.
Par contre, il met bien en place un système lui permettant de contrôler finement l’affectation dans le but de réduire les DHG lycée.
C’est ce que nous démontrons. (cette analyse a été écrite en fin février 2021)

Nous avons classé dans la simulation n°15 (disponible ici) les résultats d’affectation des lycées (pour rappel, cette simulation intègre 44 lycées et porte sur 9491 élèves).

Premier résultat :

Nombre d’élèvesPourcentage
Affectés dans un lycée présent dans le secteur 1857990,4%
Affectés dans un lycée présent dans le secteur 27858,3%
Affectés dans un lycée présent dans le secteur 31271,3%
Total9491100,0%

Conclusion #1 :

  • La différence entre le bonus de secteur 1 et ceux de secteur 2 et 3 rend très improbable l’affectation en dehors du secteur 1 (90,4%).

Second résultat :

Nous avons rapproché ces résultats de l’attractivité constatée en 2020 des lycées parisiens. Pour ce faire, nous avons posé que l’attractivité des lycées était une fonction du seuil d’entrée Affelnet constaté les années précédentes. Puis nous avons classé les lycées parisiens par rapport au seuil d’entrée Affelnet constaté, et réparti ces lycées en 3 groupes de taille comparables :

  • Groupe 1 : les 14 lycées ayant les plus hauts seuils d’entrée constatés, pour un total de 2737 élèves
  • Groupe 2 : les 13 lycées ayant les seuils d’entrée constatés intermédiaires, pour un total de 2889 élèves ;
  • Groupe 3 : les 17 lycées ayant les plus bas seuils d’entrée constatés, pour un total de 2953 élèves.

Les résultats sont édifiants :

Groupe d’attractivité des lycéesNombre d’élèves affectés en Secteur 1Nombre d’élèves affectés en Secteur 2Nombre d’élèves affectés en Secteur 3
Groupe 1 : lycées très attractifs
(3207 élèves)
2979 (92,9%)225 (7,0%)3 (0,1%)
Groupe 2 : lycées moyennement attractifs (2938 élèves)2905 (98,9%)32 (1,1%)1 (0,0%)
Groupe 3 : lycées peu attractifs
(3346 élèves)
2695 (80,5%)528 (15,8%)123 (3,7%)
Total général8579 (90,4%)785 (8,3%)127 (1,3%)

Conclusion #2 :

  • On constate que le secteur 3 ne permet d’accéder quasiment qu’à des lycées peu attractifs.
  • Les seuls lycées qui peuvent avoir plus de 10% d’élèves en secteur 2 sont des lycées peu attractifs.
  • On constate que seuls 28,6% des élèves affectés via le secteur 2 le sont en lycées attractifs, et qu’ils ne représentent que 7% des élèves dans ces établissements.

Bien évidemment, ces statistiques ne concernent que les non boursiers. Mais le Rectorat annoncera des résultats mélangeants boursiers et non boursiers, rendant la manipulation moins visible. Quand aux boursiers, ils seront affectés pour les meilleurs sur leur premiers choix, mais les moins bons seront une fois de plus coincés par les effets de seuils. Alors qu’un bonus social est si simple à mettre en œuvre.

Nous déconseillons vivement au parent de choisir un quelconque lycée attractif en secteur 3.

Ci-dessous la cartographie que nous avons réalisé sur la base de cette simulation fournie par le Rectorat. On constate bien :

  • qu’une grande majorité de lycées n’a qu’une barre rouge (donc accessibles uniquement en Secteur 1 sur la simulation)
  • qu’à l’exception du lycée Bergson, les 5 autres lycées ayant du vert (donc accessibles via des choix en Secteur 3 sur la simulation) sont des lycées très proches du périphérique.