Affelnet : Un avant-propos sur le contexte social et politique

Affelnet existe depuis 2008 [voir note 1]. Malgré ce temps, cela reste un système opaque, dont les règles du jeu sont inaccessibles pour la plupart des familles [voir note 2].

L’affectation a une dimension politique puisqu’elle contribue à l’organisation du brassage sociale via l’Education Nationale. Nos politiques s’emparent d’ailleurs régulièrement de cette problématique [voir note 3]. Mais la technicité d’Affelnet, la manière avant tout opaque et surtout technocratique avec laquelle l’affectation des élèves est réalisée les entrave pour prendre le problème à bras le corps.

De leur côté, les parent – loin d’être confiants dans ce système – anticipent naturellement le futur de leurs enfants : « Pour mon enfant, comment être certain que son affectation par Affelnet n’aboutira pas à une perte de chances  ? ».

Lire la suite

Un avant-propos bis sur les évolutions d’Affelnet, et sur ce qu’Affelnet Paris 2020-2021 n’a pas réussi à faire

S’interroger sur ce que devrait être l’affectation… Au vu des différences entre les Affelnet académiques, on en vient à se demander si quelque autorité s’y est vraiment attelé. Nous venons d’évoquer le contexte inégalitaire d’Affelnet (voir Un avant-propos sur le contexte social et politique d’Affelnet.).

Si l’on pense en termes de chances de réussite, l’affectation ne devrait pas se faire sur les notes, mais avant tout sur l’être qu’est l’élève (voir Dis maman, c’est quoi une « bonne affectation » ?, et plus généralement tout notre chapitre Tout sur… Ce qu’il FAUT faire pour transformer Affelnet).

On ne peut pas nier qu’Affelnet évolue beaucoup depuis quelques années, visant à réduire la place – techniquement le terme employé est la primauté – des notes [voir Note 1]. Mais le système évolue dans une voie délétère :

Lire la suite

Affelnet fragilise redoutablement les plus faibles…

Le système scolaire français est inégalitaire : l’école française donne moins à ceux qui ont moins. C’est suffisament largement commenté pour en devenir un élément de base. Vous pouvez lire à ce sujet le rapport de 2016 du Cnesco (Centre national d’étude des systèmes scolaires) [voir Note 1].

Affelnet est dans la droite ligne : ce système pour l’affectation en seconde défavorise les élèves les plus faibles. D’abord en ayant un volume de choix de lycée basé sur les notes, mais surtout en enchainant les éléments algorithmiques qui compliquent leur affectation, et en condamnent une part des élèves à être non affectés (dès qu’ils sont dans une grande ville).

Il est évident que le principal défaut d’Affelnet – son absence de mixité sociale du fait des lycées de niveau – ne sera pas corrigé simplement. Pour cela, il faudra introduire la règle des trois tiers (voir notre article Il faut mettre en place la règle des trois-tiers qui atteint l’objectif de mixité sociale et scolaire) et revoir les DHG pour augmenter les marges de gestion.

Lire la suite

… or les plus faibles ont déjà moins de choix.

Dans Affelnet, avec le système de seuils, et même si la documentation officielle indique le contraire, les élèves scolairement défavorisés ont un panel de choix bien inférieur aux autres. Or il est malheureusement très souvent constaté qu’un élève scolairement défavorisé l’est aussi socialement.

Comme nous l’indiquons dans l’article Que représente le seuil des lycées dans Affelnet ?, il est nécessaire d’équilibrer les choix de lycées donnés aux parents. Il faut que le choix donné à chaque parent intègre des lycées très attractifs, moyennement attractifs et moins attractifs qui soient tous atteignables par l’élève, quelque soit son niveau scolaire ou social (à titre d’exemple vous pouvez parcourir Pourquoi la carte des Secteurs Affelnet Paris 2020-2021 était un leurre).

La mise en place d’une affectation basée sur la règle des trois-tiers permet de compense ce défaut de choix. Lire Il faut mettre en place la règle des trois-tiers qui atteint l’objectif de mixité sociale et scolaire.

Argumentation :

Lire la suite

Affelnet : Quelle est sa vraie finalité ? Gérer des stocks d’élèves

La véritable finalité d’Affelnet est simple : il faut affecter les élèves. Sur la base d’un raisonnement simpliste : tant d’élèves dans tant de places. La qualité, le respect de la personne, la loyauté dans les informations distribuées aux parents ne sont pas des notions intégrées dans Affelnet.

Posons donc tout de suite le débat d’un point de vue du résultat : le but d’Affelnet n’est pas l’affectation, mais la gestion de du stock d’élèves par la régulation de l’offre et de la demande de places en 2nde.

Car, si vraiment il était question d’affectation d’élèves, le système aurait dès le départ pris en compte quelques données essentielles, comme les langues et les enseignements complémentaires qu’ils étudient, ou les spécialités qu’ils envisagent en 1ère, ou aurait veillé à ce que tous aient un quantum de choix de lycées similaire.

Lire la suite