Sur l’injustice du plafonnement des bonus Affelnet (et pas que boursier)

Quel que soit le bonus, le fait de plafonner son application à un nombre de places (ou à un taux, dans les faits c’est la même chose) (ou à un taux-cible, terme effrayant) en déterminant qui peut y avoir droit sur la base du nombre de points est injuste. Cela revient à dire que seuls les élèves ayant le plus de points pourront en profiter. Donc que ceux qui en ont le plus besoin ne sont pas sûrs de l’avoir. Et que ceux qui vont en profiter n’en ont peut être pas besoin.

Quel que soit le bonus, le plafonnement des bonus est inégalitaire et a pour effet de désavantager ceux qui en ont besoin : son application devient aléatoire.

Nous allons montrer que selon les notes de l’élève le bonus plafonné s’enclenchera ou non, du fait des taux plafond (et pas de la valeur du bonus).

Pour le démontrer prenons par exemple deux élèves boursiers à Paris pour l’Affelnet 2020-2021, les élèves A et B :

  • L’élève A est un élève boursier de bon niveau et passe en 2nde GT : il a eu cette année pour chaque matière au premier, second et dernier trimestres une moyenne un peu supérieure à 15. Comme ses profs l’aiment bien et ont compris que le socle, c’est important, ils l’ont récompensé : il a eu « Maitrise très satisfaisante » dans ses 8 compétences du socle ;
  • L’élève B est un élève boursier très moyen mais passe en 2nde GT : il a eu cette année pour chaque matière soit des moyennes un peu inférieures à 10, soit entre 10 et 15. Comme ses profs l’aiment bien et ont compris que le socle, c’est important, ils ne l’ont pas trop chargé : il a eu « Maitrise satisfaisante » dans 6 compétences du socle, et seulement 2 en « Maitrise fragile ».
  • L’élève A a obtenu 41335,851 points, soit 40735,851 + 600 de bonus boursier.
  • L’élève B a obtenu 39394,233 points, soit 38794,233 + 600 de bonus boursier.

Mais du fait du plafonnement des boursiers, que constate-t-on ?

  • Que l’élève A en tant que boursier est affecté dans un lycée très demandé.
  • Que l’élève B pourrait aussi être affecté dans ce même lycée… mais c’est un lycée très attractif, donc de nombreux autres élèves boursiers l’ont aussi demandé… Du fait de ses seuls 39394,233 points, il y a de très nombreux élèves boursiers qui sont devant lui. Alors, du fait du taux plafond il n’est pas retenu. Il se retrouve donc pour son vœu dans un lycée très demandé avec 38794,233 points, encore bien plus insuffisants…

MAIS SURTOUT ON CONSTATE que l’élève A, même sans ses points de boursier, donc juste avec 40735,851 points, avait plus de points que le seuil non boursier de points : il n’avait donc pas besoin du bonus pour y être affecté, mais, y étant affecté avec bonus, il a contribué à l’éviction de l’élève B en s’impactant sur le taux plafond.

Cet exemple est un peu extrême mais il se produit dans des conditions réalistes quand même : les meilleurs boursiers profitent plus du bonus boursier que ceux qui en ont réellement besoin. C’est juste marcher sur sa tête.

Une réflexion au sujet de « Sur l’injustice du plafonnement des bonus Affelnet (et pas que boursier) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s