Affelnet : le bonus boursier dans sa forme actuelle est injuste (basculant à un euro près)

Le bonus bousier, parfois nommé « bonus mixité » est présent dans toutes les académies. Son application est bien souvent binaire : il est attribué ou non. Un bonus ne doit pas dépendre d’un euro de plus ou de moins de revenu. Un bonus (« social », « boursier », « mixité ») ne doit pas être affecté par les conditions sociales de son voisin (comme c’est le cas du bonus IPS parisien introduit en 2020-2021). Un bonus social doit être progressif, et individuel.

Nous démontrons l’injustice du plafonnement dans notre article Sur l’injustice du plafonnement des bonus (et pas que boursier). Nous proposons dans notre article Remplacer le bonus boursier par un bonus social progressif et non plafonné une solution efficace et simple à mettre en place.

On peut réfléchir à la logique et au mode de fonctionnement du bonus boursier en regardant l’exemple de Paris entre 2017 et 2019. En 2017, l’académie de Paris avait mis en place un bonus dit « bonus REP », attribué aux enfants qui avaient 4 ans de scolarité dans un collège REP (ce système a disparu en 2020-21 au profit du bonus IPS). Ce que l’on a vu avec le bonus REP est intéressant : il valait 480 points, et était un vrai bonus, sûr, non plafonné.

Le bonus boursier ne tient pas compte des causes de la situation sociale précaire des parents : les enfants sont-ils boursiers parce que leurs parents ont des professions générant peu de revenus, parce que les parents ont des accidents de vie, parce que les parents sont artistes et ont décidé une année de ne pas travailler ? Ces trois cas de figures sont présents dans bien des établissements, et d’autres encore existent. Ils mériteraient des traitements différenciés.

Que l’on mette en place un bonus boursier fort, ou qu’on le mette binaire, cela impose de le plafonner, sinon les boursiers auront une quasi-automaticité d’affectation sur leur premier vœu, (sauf s’ils se concurrencent eux-mêmes) : ce ne sera plus un bonus, mais une injustice pour les autres élèves. Et cela recréerait des lycées de niveau.

Mettre un bonus bousier plafonné, c’est un exemple dramatique d’injustice contrebalancée par une erreur de raisonnement. Il faut un bonus boursier plus certain pour les élèves qui l’ont, et donc non plafonné. Un bonus social simple, progressif et non plafonné est plus juste et plus efficace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s