Affelnet : le saviez-vous ? La fonction d’harmonisation a un impact direct sur les non-affectés, et a favorisé les collèges avec IPS 600 ou 1200 à Paris 2020-2021

Nous allons nous intéresser à la variation des écarts types année par année. Que constate-t-on ? Que – quelle que soit l’académie – les variations de la fonction d’harmonisation du fait de l’écart-type jouent sur le nombre de non affectés ou sur la valorisation des élèves avec bonus :

  • En 2020-2021, du fait de l’augmentation de l’écart-type de 7%, les barèmes Affelnet ont en moyenne diminué de 230 points. Cela a encore plus avantagé les élèves avec IPS à 600 ou 1200.
  • En 2019-2020 , du fait de la baisse de l’écart-type de 4%, les barèmes Affelnet avaient en moyenne augmenté de 130 points, ce qui avait augmenté le nombre de non affectés du premier tour.
  • C’est l’augmentation du nombre de points attribués aux élèves qui avait fait monter les seuils en 2019-2020 à Paris. Or les seuils viennent principalement de la demande (plus la demande est forte et plus de bons élèves demandent tel ou tel lycée) et non des notes. Et, faisant monter les seuils, engendre les non-affectés en surnombre au 1er tour. [voir note 1]

Démonstration :

Note : cette analyse est basée sur Paris. Ce raisonnement s’applique probablement de la même manière dans n’importe quelle autre académie, mais pour l’affirmer il faut vérifier les variation des écarts types disciplinaires sur 2021,2020 et 2019. Pour la conclusion sur l’IPS, elle ne s’applique que pour Paris.

En analysant les moyennes des notes des élèves parisiens, on constate une certaine stabilité apparente [voir note 2]

En revanche au niveau des écarts types, nous constatons des énormes variations sur les deux dernières années :

Nous avons injecté un millier de feuilles d’élèves dans notre simulateur bâti lors de notre présidence de l’association de parents d’élèves du collège Couperin, qui recense environ 1000 fiches élèves sur tout Paris (qui nous ont tous donné leur accord), et nous en tirons le bilan suivant pour les années 2021-2020, 2020-2019, et 2019-2018. Basé sur un millier de dossier élèves remplis par les parents, il s’agit donc de résultats statistiquement représentatifs de la réalité des notes.

Ce que nous constatons est intéressant :

Si tous les autres indicateurs sont stables, l’écart type de points AFFELNET hors bonus (donc la valeur de l’élève basée sur ses notes, hors socle de compétences) varie considérablement d’une année sur l’autre. Cette année il a cru de près de 7%, alors que l’année dernière il avait baissé de près de 4%.

Or, reprenons ce que nous avons établi dans l’article Non-dit d’Affelnet#3 : Dans Affelnet, on a 2 fois plus de points en étant bon en EPS qu’en Maths., « diviser par l’écart-type, comme c’est fait ici, cela a de GROS effet de bord ».

Cette année, vu que l’écart-type a augmenté, on a divisé par un nombre plus grand. Donc on obtient un résultat plus petit, d’environ 7%. Mais au fait, 7% de quoi ? Comme nous le démontrons dans l’article Danger d’Affelnet #2 : La fonction d’harmonisation des notes favorise certaines matières, c’est 5% de 3300 points. Soit environ 230 points. Les barèmes ont donc tous diminué, permettant aux élèves les plus faibles d’être moins loin des seuils. Bien évidemment, cela augmente l’importance relative des bonus IPS de 600 ou 1200 points.

L’année dernière, vu que l’écart-type avait diminué de 4%, les barèmes Affelnet avaient en moyenne augmenté de 130 points. Cela avait augmenté le nombre de points des derniers affectés dans un même lycée, et par suite augmenté le nombre de non affectés du premier tour.

PS : l’année dernière, la diminution de l’écart-type était directement liée à la COVID 19, qui a amené à n’avoir que 2 trimestres. C’est cette baisse du nombre de trimestres qui diminue le nombre de notes possibles, et qui donc diminue l’écart-type.


[Note 1] Note de l’auteur : pour être totalement honnête, j’avais prédit l’augmentation des non-affectés liés aux ex-aequo, mais je n’avais pas vu cet effet de bord dramatique.

[Note 2] Pour rappel, il s’agit ici de variation des moyennes en champs disciplinaires, données POUR DES POINTS AFFELNET. Ces données sont basées sur les coefficients des fiches barème calculés par le Rectorat. Il ne s’agit pas directement des notes des élèves, même si bien évidemment plus les moyennes augmentent plus les points Affelnet augmentent. Au passage, 3.28% est quand même une grosse variation, cela signifie que enseignants ont eu cette année tendance à noter plus généreusement. Une conséquence des conditions d’enseignement ?


Vous trouverez les éléments numériques dans notre feuille de calcul :

Une réflexion au sujet de « Affelnet : le saviez-vous ? La fonction d’harmonisation a un impact direct sur les non-affectés, et a favorisé les collèges avec IPS 600 ou 1200 à Paris 2020-2021 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s