Repenser l’affectation à Paris, pour qu’elle soit plus juste

La réforme d’Affelnet Parsi 2020-2021 (et dans une moindre mesure en France entière), c’est :

  • Ne tenir compte de l’effort scolaire que pour 6,4% pourcents [voir Note 1] ;
  • Tenir compte de la « position sociale » des voisins mais pas de celle de la famille [voir Note 2] ;
  • Limiter le choix à une liste de 5 lycées, les autres étant tellement hypothétiques [voir Note 3].

La mixité sociale doit être renforcée, mais la valeur cardinale, celle que l’on enseigne à nos enfants, doit rester le mérite scolaire.

A Paris comme ailleurs, pour restaurer un peu de justice, il faut introduire de nouveaux points : créer un site web national, corriger les erreurs de calcul, ajuster l’offre et la demande en créant des lycées, contrôler les vœux pour améliorer les fiches de vœux, repenser le socle de compétences, repenser les bonus, gérer des recours…

L’idée du rectorat n’est vraiment pas de chercher à aider les parents à choisir une bonne affectation, mais de prévoir un modèle plus économique en regroupant les spécialités et en regroupant les lycées par pôles, qui rapidement remplaceront les secteurs.
C’est ce que nous démontrons dans Debunkage rapide de la réforme Affelnet 2020-2021

Il faut repenser le système dans lequel s’intègre Affelnet, à Paris revoir toute la réforme, enclencher la règle des trois-tiers qui permet une vraie mixité sociale [voir Note 5] , et intégrer réellement le privé sous contrat.

Plus spécifiquement à Paris, il faut :

Revoir complètement la mécanique de cette réforme :

  • Modifier le système à 5 lycées de secteur 1, pour que le choix soit réel. Un minimum de 9 lycées de secteur 1 semble absolument minimal;
  • Permettre un vrai choix en diminuant la différence entre le bonus de secteur 1 et les deux autres. 2100 points est un maximum.
  • Décider de supprimer le calcul des taux IPS des collèges qui est sexiste, non vérifié, déclaratif, basé sur des données antiques !

Que le rectorat communique franchement avec les parents sur ses objectifs :

  • Il faut qu’il cesse de jouer un double jeu en disant que ses réformes sont sociales, nous avons démontré qu’elles ne sont qu’économiques. Les réformes ne doivent avoir qu’un but : mieux gérer l’affectation de nos enfants avec justice [voir Note 4].

Profiter de la richesse de lycées pour mettre en place une règle sociale et juste pour l’affectation :

  • Choisir une nouvelle règle pour l’affectation, comme par exemple la règle des trois-tiers [voir Note 5] qui combat efficacement la problématique des lycées de niveau, qui sont à la base de l’absence de mixité sociale ;

Que le passage par Affelnet soit réellement obligatoire pour tous les enfants de 3ème :

  • Y compris ceux du privé sous contrat, ce qui gâche les chances de nombre d’élèves non-affectés sur des places qui se libéreront peu après ;
  • Le système mis en place cette année à Paris n’a par exemple donné aucun résultat vraiment tangible. Cela implique une concertation avec les directeurs des établissements privés sous contrat.
  • Cela se fait dans plusieurs académies, comme par exemple en Nouvelle Aquitaine ou en Bretagne.

Il faut supprimer ces réunions de cooptés qui décident de tout au dernier moment sans prévenir les parents :

  • Publier la circulaire académique seulement le 19 avril, alors que l’inscription à nombre de recrutements particuliers est déjà forclose ;
  • Décider la carte des lycées de secteur 1 seulement le 26 avril [voir Note 6]
  • Publier l’arrêter donnant une base légale seulement le 24 juin, après l’affectation effective.

Et puis, il faut comme par tout faire évoluer le système :

  • Mettre en place un simulateur et un site d’information précis, avec des cas pratiques, pour les parents (et franchement c’est simple à faire, un collège l’a fait l’année dernière, avec 1000 simulations faites) ;
  • Fournir les hypothèses de base pour ses simulations que l’on remet aux parents.
  • Régler quelques problèmes de fond :
    • On dépend enfin de son collège réel ? Toujours pas… Pourtant cela aurait pu simplifier la vie de tout le monde, mais non : on reste collé sur son collège de secteur. En tout cas ce point de détail qui fait tant de victimes chaque années sera encore présent. Pas de chance pour les élèves désectorisés, qui n’auront toujours pas la chance d’aller dans le même lycée que leur meilleur pote de classe.
    • Et les langues ? Affelnet n’est toujours pas capable de se dire que votre enfant aimerait certainement pouvoir continuer l’étude de ses LVA et LVB. Hé ben pour ce que l’on en sait actuellement, ça n’est pas pris en compte. Surtout avec la liste de 5 lycées….
    • Et les spécialités ? Comme pour les langues, Affelnet n’est toujours pas capable de se dire que votre enfant aimerait certainement pouvoir choisir telle ou telle spécialité. Il vous appartient à vous, parents, de vérifier cela avec vous 5 lycées…
    • Et les spécificités de certains enfants ? Encore une fois, aucune prise en compte des problèmes de soins, de fratrie, de troubles d’apprentissage…

Pour rappel, ce serait quoi un « bon » logiciel d’affectation ?

La réponse est tellement simple : simplement un logiciel qui s’intéresserait à votre enfant…

  • En tenant compte de ses notes et de ses compétences, bien sûr, mais aussi :
  • En tenant compte des spécialités qu’il voudra étudier ;
  • En tenant compte des langues qu’il étudie ;
  • En tenant compte de son être, de ses rythmes, de ses contraintes personnelles ;
  • Et laisse aux parents le choix de son lycée pour tenir compte des contraintes de vie.

[Note 1] : voir Il faut fixer une fois pour toutes les académies l’importance relative des bonus par rapport aux notes.

[Note 2] : voir De nombreuses associations ont interrogé la DASEN en reco AR sur l’#IPS dans le nouvel #AFFELNET. Elle n’a jamais répondu
Voir aussi Cet indice IPS (qui est à la base des injustices de cette réforme), c’est légal ? et Pourquoi l’#IPS viole-t-il le RGPD ?, etc

[Note 3] : voir Analyse sur une des simulations #AFFELNET du Rectorat (la n° 15)…

[Note 4] : voir bien sûr Arrêter de considérer les parents comme négligeables et leur communiquer les informations à temps./ Mais aussi, lisez Modifier le système, pour redonner sa place à l’humain et
Comment et pourquoi le nouvel #AFFELNET Paris est génial pour le rectorat, mais une HORREUR pour tous, les parents socialement avantagés ou non comme les enfants scolairement mauvais ou bons (étude de fond).

[Note 5] : voir Il faut mettre en place la règle des trois-tiers qui atteint l’objectif de mixité sociale et scolaire.

[Note 6] : voir Bilan du 1er comité de suivi de la réforme AFFELNET Seconde GT du 26/04/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s