Remplacer le bonus boursier par un bonus social progressif et non plafonné

Nous avons démontré combien est inepte le taux de plafonnement des bonus (et pas que boursier), et montré que le bonus boursier dans sa forme actuelle est fort injuste, basculant à un euro près !

Il faut le remplacer par une fonction qui favorise les bas niveaux, sur le principe des tarifs cantine. Il est nécessaire aussi que ce bonus social soit certain, c’est-à-dire que l’on soit certain de l’avoir si l’on est boursier, c’est à dire qu’il soit non plafonné ! Cela fera disparaitre le besoin de taux-cibles, de plafonds, et de tours différentiés boursiers et non boursiers !

On se remémorera que l’ancien bonus REP qui existait à Paris de 2017 à 2020, avait toutes ces caractéristiques. Il faut donc que le bonus social progressif soit d’une valeur raisonnable pour aider sans rendre absolument prioritaires tous les élèves qui en bénéficient.

La progressivité des tarifs cantine à Paris (à titre d’exemple) est la suivante :

Données Paris 2019-2020

Par ailleurs, on a pu constater à Paris que l’écart moyen pour un même lycée entre le dernier affecté du tour boursier et celui du tour non boursier était d’environ 600 points (ces chiffres datent forcément de 2019-2020, les écarts variaient entre 400 et 800 points selon les lycées).

Cette norme de 600 points correspond à 12.5% du maximum du barème du socle de compétences (nous prenons comme référence le maximum du socle de compétences car il peut être atteint, contrairement à celui des champs disciplinaires qui n’est que théorique du fait de la fonction d’harmonisation).

Il est aussi intéressant de constater que le rectorat de Paris a choisi aussi cette valeur de 600 points pour l’année 2020-2021, même si cela n’a que peu de rapport puisqu’étant plafonné, et un tour spécifique ayant lieu pour les boursiers entre eux, la valeur précise du bonus boursier était sans impact : cela aurait pu être 10000 points, cela n’aurait rien changé.

On peut alors proposer un bonus basé sur une fonction du quotient familial des parents :

  • QF de 1 ou 2 (regroupant a priori les boursiers) : le bonus boursier est à 12,5% du maximum du socle de compétences ;
  • QF de 2 à 4 : le bonus boursier évolue linéairement de 12,5% à 8% ;
  • QF de 4 à 6 : le bonus boursier évolue de 8% à 0, pas forcément linéairement ;
  • QF au-delà de 6 : 0.

Le fait de baser ce bonus non plus sur une valeur en points « sortie du chapeau » mais sur un pourcentage de la valeur maximale du socle de compétences a un avantage qui est aussi son inconvénient : il est national, quel que soit le paramétrage de chaque académie, mais ne tient pas compte des disparités sociales locales. Le principe doit donc être national, mais sa valeur ajustée localement.

L’absence de plafonnement qui n’est donc plus nécessaire rend alors ce bonus social (le terme de bonus boursier n’est plus applicable), simple, progressif, et effectif pour les boursiers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s