Il faut fixer une règle nationale pour limiter nombre et valeur des bonus par rapport aux notes

Selon les académies, les bonus géographiques vont de 9000 à 32640 points. Cela relègue l’importance des notes à quelques pourcents, et introduit une fois de plus une rupture d’égalité majeure entre les élèves : pour certains l’affectation se fera au mérite, pour d’autres simplement en fonction de leur lieu d’habitation, ou pire de l’aisance sociale supposée des parents des autres élèves du collège.

Si le barème national pour les notes et le socle réunis est homogène, aucune règle ne semble limiter les bonus; que ce soit leur nombre ou leur valeur (lire L’invraisemblable nombre de bonus Affelnet en France, tellement inégalitaire). Il est absolument nécessaire de s’interroger sur ce fait et de le solutionner : les DASEN doivent être tenus de respecter un schéma commun sur les bonus.

Dans certaines académies comme Paris, pour entrer dans certains lycées, les notes ne servent plus à rien : elles sont noyées par les bonus.

Les chiffres ci-dessous sont extraits des différentes circulaires (vous les retrouverez sur la page Les circulaires Affelnet) :

  • Clermont Ferrand : 9.000 points de zone géographique (secteur) ;
  • Lyon : 20.000 points de bonus secteur ;
  • Paris : 32.640 points de bonus secteur 1.

En gros, cela signifie qu’à Paris le bonus zone géographique est 3,62 fois plus grand qu’à Clermont-Ferrand.

Allons plus loin. Considérons que l’écart maximal de 2100 points entre les tous meilleurs élèves de l’académie et ceux passant en seconde le plus justement. Nous démontrons cet écart dans l’article Contre-vérité d’Affelnet#1 : Les notes ne rapportent pas entre 0 et 4800 points. Le socle non plus., il correspond à l’écart entre un élève ayant à peine 10 de moyenne – soit 6000 points – et celui qui a le maximum de points soit 8100 points.

Nous allons appeler cet écart de 2100 points l’effort scolaire maximal, c’est à dire les points que l’enfant a pu accumuler avec ses notes et le socle AU MAXIMUM.

Alors analysons le ratio entre l’effort scolaire maximal et les bonus géographiques :

AcadémieBonus géographique ou secteurValeur de l’effort scolaire par rapport au bonus géographiqueRapport du bonus par rapport à l’effort scolaire
Clermont Ferrand900023,3%               4,29
Lyon2000010,5%               9,52
Paris326406,4%             15,54

A Paris, globalement 6,4% de l’affectation est liée à la performance de l’élève, et 93.4% au bonus secteur. Alors qu’à Clermont Ferrant, c’est 23,3%…

Une réflexion au sujet de « Il faut fixer une règle nationale pour limiter nombre et valeur des bonus par rapport aux notes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s